Lab de poésie – Nuit Blanche 2018

poster nuit blancheLa poésie partout à La Nuit Blanche:
Lab de poésie
Happening de création multimédia
Dans le cadre de LA Nuit blanche à la grande bibliothèque*

Hall de la Grande Bibliothèque
21 h à 1 h
Samedi 3 mars 2018

Pour La Nuit Blanche 2018, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en collaboration avec La poésie partout invite le grand public à entrer dans un laboratoire où la poésie se métamorphose à travers différents médias qui la remixeront pour lui donner de nouvelles vies. Investissez des espaces interactifs et immersifs, rencontrez des poètes et des artistes visuels et sonores qui collaboreront avec vous pour créer et transformer des poèmes et faites voir et entendre vos créations éphémères! Micros ouverts remixés sur scène, Tagtool, poésie en ligne, collage et écriture en direct, vidéo d’intervention et atelier d’écriture: venez vous prêter au jeu de la création dans un espace foisonnant où il y aura autant à voir qu’à faire! Le Lab de poésie propose six stations d’explorations créatives animées par les artistes et les poètes qui ponctueront également la soirée par de courtes lectures et créations en direct. Ce happening est ouvert à toutes et tous, de tout âge et toute provenance. Explorez, expérimentez, observez: le Lab de poésie est là pour vous, mais pour la durée de la Nuit Blanche seulement…

Avec: José Acquelin, Virginie Beauregard D., Laurie Bédard, Benoit Bordeleau, Moe Clark, Mélissa Correia, Sébastien Dulude, Pascal-Angelo Fioramore, Marie-Paule Grimaldi, Emily Laliberté, Littérature Québécoise Mobile, Monk.E, Alexis O’Hara, Noémie Pomerleau-Cloutier, Queen Ka, Hector Ruiz, Yan St-Onge, Isabelle St-Pierre, Natalie Thibault, Marie-Noël Vanasse, et les œuvres de Sarah Chouinard-Poirier et Noémi McComber. (Retrouvez les biographies des artistes au bas de la page)

 

Le Lab de poésie, c’est…*

Station 1 – Au micro
Performances, lectures et micro ouverts remixés.

Sur la scène, des artistes de spoken word et leur looping pedal remixent en direct les lectures des poètes invités et tous ceux qui monteront offrir leurs mots aux micros ouverts, en plus de nous entraîner dans leur univers d’explorations sonores par leurs performances.

Artistes invités : Moe Clark (21h-23h) et Alexis O’Hara (23h-1h)
Médiation/Animation : Marie-Paule Grimaldi et Laurie Bédard

Station 2 – Le Tagtool
Jeu vidéo au service de la création numérique visuelle.

L’artiste Marie-Noël Vanasse met son Tagtool – un jeu vidéo au service de la création numérique visuelle – à la disposition du public. Une tablette graphique permet de dessiner, une manette de jeu anime le dessin, le tout est projeté au mur.

Artiste du Tagtool : Marie-Noël Vanasse
Artistes invités : Virginie Beauregard D (21h-23h) et Monk.E (23h-1h)
Médiation : Pascal-Angelo Fioramore

Station 3 – La rétro
Collages et écriture en direct sur transparent.

À l’aide  de rétroprojecteurs, tout ce qui sera possible par la voie du bricolage sur transparents («acétates») sera projeté dans les fenêtres du hall: des collages, de l’écriture en direct, des cut-up, du théâtre d’ombre et plus.

Artistes invités : Natalie Thibault (21h-23h) et Sébastien Dulude (23h-1h)
Médiation : Isabelle St-Pierre

Station 4 –  #LaboPoésie – remix poétique

Transformer des vers connus ou inédits en direct et sur Twitter
avec Littérature québécoise Mobile.

Sur place et sur Twitter, le public sera invité à transformer des vers connus ou créés pendant le happening. Il pourra déposer dans une «Boîte à vers» des bouts de textes qu’ils ont produit ou qui ont déjà fait l’objet d’une publication. Le mot-clic #LaboPoésie sera créé pour l’occasion et tous les remix seront mis en ligne et projetés à la Grande bibliothèque en temps réel.

Pour ajouter au happening, les coanimateurs de l’atelier d’écriture Twitter prendront des photographies des œuvres produites dans les autres stations afin d’écrire de nouveaux remix à diffuser sur Twitter ce qui permettra de jouer sur le rapport texte-image. Ils agiront donc en emprunteurs durant les quatre heures du Lab de poésie.

Artiste invité : Benoit Bordeleau
Médiation : Yan St-Onge

Station 5 La vidéo-action-poésie
Vidéos d’interventions urbaines et poésie.

Projections dans les fenêtres du hall des œuvres vidéos Reconfigurations: La procession des drapeaux de Noémi McComber et Sans titre (Ritz Original Tylenol 325) de Sarah Chouinard-Poirier (accompagné du poème du même titre en poste d’écoute). Propositions d’écriture poétiques en résonance avec les œuvres.

Reconfigurations de Noémi McComber offrira les captations de déambulations qui ont eu lieu dans divers quartiers montréalais et invitera chacun à appréhender à travers ce geste en commun une certaine urgence de réconciliation et de rassemblement. Il n’en tiendra qu’à nous de prendre place pour renouveler cet appel à la revendication et être, à notre tour, les auteurs de signes et de devises émancipatrices. En alternance, une vidéo nous dévoile par la présence isolée d’un corps étendu aux abords du trafic et nous présente une réactualisation d’un dessin sans titre de l’artiste Annie Pootoogook où figurent deux corps enlacés sur un modeste matelas comme dernier équipage de survivance. Ce geste radical, à la fois acte d’affirmation et de mémoire, est accompagné d’un texte poétique audio, où s’entremêlent références au travail de l’artiste et confidences à l’autre, comme une forme de dialogue à sens unique. Sans titre (Ritz Original Tylenol 325) de Sarah Chouinard-Poirier, par cette prise de parole et en s’adressant à la disparue, parsème d’espérance le récit d’errance de l’artiste inuite décédée.

Commissaire (présente à l’événement) : Melissa Correia
Médiation : Emily Laliberté

Station 6 – L’atelier
Écrire de la poésie au cœur de la Nuit Blanche.

Un coin d’écriture pour plonger dans la poésie en compagnie des  poètes ou en pigeant à travers les différents déclencheurs créatifs. Exposez vos poèmes ou rendez-vous à d’autres stations du Lab de poésie pour les remixer!

Artistes invités : Elkahna Talbi (21h-23h) et José Acquelin (23h-1h)
Médiation : Hector Ruiz et Noémie Pomerleau-Cloutier

Horaire des performances

21 h 15                             Au micro – Queen Ka

21 h 35                             La rétro –  Natalie Thibault

21 h 55                             Le Tagtool – Virginie Beauregard D

22 h 15                             Au micro – Micro ouvert

22 h 35                             Au micro –  Moe Clark

23 h 15                             Le Tagtool  – Monk.E

2 3 h 35                            Au micro – Alexis O’Hara

23 h 55                             La rétro – Sébastien Dulude

00 h 15                             Au micro – Micro ouvert

00 h 35                             Au micro – José Acquelin


*La Nuit Blanche à la Grande Bibliothèque, c’est aussi une exposition!
Éclats de mémoire – Quand l’art retravaille le passé
Trois artistes, Sébastien Cliche, Moridja Kitenge Banza et Marc-Antoine K. Phaneuf, ont été invités à créer une œuvre qui s’inspire du thème du Festival Art Souterrain 2018, Labor improbus (un travail sans relâche), et qui célèbre le 50e anniversaire de la création de la Bibliothèque nationale du Québec.
En collaboration avec le Festival Art Souterrain
Renseignements : Claire-Hélène Lengellé
responsable des relations avec les médias Bibliothèque et Archives nationales du Québec
514 873-1101 poste 3199 | ch.lengelle@banq.qc.ca  

 

Le Lab de poésie est une production de Bibliothèque et Archives nationales du Québec en collaboration avec La poésie partout.

Conception: Marie-Paule Grimaldi et Jonathan Lamy
Direction artistique et coordination générale: Marie-Paule Grimaldi
Scénographie et direction de production: Hubert Lafore
Visuel: Mathieu Arsenault

La poésie partout tient à remercier Littérature Québécoise Mobile pour son soutien à la réalisation de l’événement.

Les artistes du Lab de poésie

José Acquelin
José Acquelin est né à Montréal de parents nés en Occitanie, pays des troubadours. 45 ans d’écriture, 30 ans de publication, une vingtaine de recueils et des poèmes traduits en une dizaine de langues. Son plus récent recueil Anarchie de la lumière aux éditions du Passage, s’est vu éclairé en 2014 par le prix du Gouverneur Général en poésie. Son prochain titre: Libertés de la solitude devrait paraître cette année.

Virginie Beauregard D.
Tout en frayant avec les arts visuels et la musique, Virginie Beauregard D. entame une démarche d’écriture en 2005. Dès le départ, ses poèmes sont présentés sous diverses formes notamment au théâtre de Quat’Sous dans la pièce Dans les charbons (Loui Maufette). Elle fait paraître deux recueils aux éditions de l’Écrou, Les heures se trompent de but (2010) et D’une main sauvage (2014) qui sera finaliste au prix Émile-Nelligan 2015. Elle est récipiendaire du prix Jean-Lafrenière-Zénob 2016 et participe à nombre d’événements littéraires au Québec et à l’international. Au cours de la dernière année, Virginie Beauregard D. contribue à l’anthologie Femmes rapaillées (éditions Mémoire d’encrier) avec la suite poétique De la neige rare. D’autre part, elle écrit les vingt-et-un poèmes de l’exposition itinérante Visages de lumières organisée par la Société de la Trisomie-21 visant la sensibilisation à la réalité des personnes vivant avec le syndrome de Down.

Laurie Bédard
Née à Laurier-Station en 1987, Laurie Bédard a étudié la littérature française à l’Université de Montréal. Elle est l’auteure de Ronde de nuit, paru au Quartanier en 2016.

Benoit Bordeleau
Benoit Bordeleau est né en 1986 à Buckingham. Il vit et travaille à Montréal depuis 2005.  Il a fait paraître en novembre 2012 le récit Au détour de l’habitude dans la collection «Éclats» de La Traversée. À la suite de Cerné, le blogue notes de terrain s’est voulu un espace de collaborations et d’explorations littéraires et photographiques sur le mode de la flânerie. Hoche’élague, pour des raisons pratiques d’entreposage et de lisibilité, continue dans cette voie. Sa thèse de doctorat, soutenue en octobre 2016, porte sur les représentations du quartier Hochelaga dans la littérature tout en offrant un dialogue avec la posture de l’écrivain flâneur.

Sarah Chouinard-Poirier
Sarah Chouinard-Poirier est une artiste multidisciplinaire et une travailleuse culturelle et communautaire basée à Montréal. Dans ses travaux, elle élabore des performances où la présence, le geste, la parole, l’objet et parfois les technologies concourent à créer une mythologie féministe et résistante. Ses recherches actuelles se situent au niveau du corps et de son écriture dans l’espace, de la narrativité de l’action et de l’image et de la parole-action. Elle s’intéresse aux pratiques relationnelles, à l’éthique du soin et à la transmission et la réappropriation des récits par les personnes et les communautés. En 2016, elle réalise  une intervention en hommage à Annie Pootoogook lors d’une Carte blanche à Filles Missiles au Mot-Dit dans le cadre du Off festival de poésie de Trois-Rivières.
www.sarahchouinardpoirier.com

Moe Clark
Moe Clark fusionne dans ses œuvres sonores sa vision unique de la narration-performance avec les traditions du chant tribal et du «spoken word». L’artiste métis se sert de sa formation en narration, en «spoken word» et en arts visuels pour créer un style lyrique, empreint d’exploration rituelle et poétique. Ses chansons poétiques expriment le pouvoir de guérir, de célébrer la présence de l’esprit et de se brancher sur l’essence de la quête. http://moeclark.ca/

Mélissa Correia
Mélissa Correia est artiste commissaire, intervenante de proximité et éducatrice basée à Montréal. Elle a été coordonnatrice de services et de formations interdisciplinaires au RAIQ, conceptrice d’ateliers de création au MNBAQ et documentaliste dans des centres d’artistes comme La Chambre Blanche et Le Lieu à Québec. Rédactrice et membre du comité de rédaction de la revue Inter, art actuel, elle a signé les textes Territoires de l’agir, Le performatif du désœuvrement, pour une esthétique du dénuement, de la vie nue, Usages, intoxication et inclusion d’une corporéité sociale, Hypothèses de désœuvrement, ainsi que Résonance de la vie précaire, pour un usage éthiquement sensible du performatif et La promesse du performatif, en péril? Ses recherches portent sur les activistes et les pratiques du performatif en contexte urbain, de précarité et de dépossession.

Sébastien Dulude
Sébastien Dulude est né en 1976 et est poète, performeur, critique et éditeur. Il est l’auteur des recueils de poésie chambres (Rodrigol, 2013) et ouvert l’hiver (La Peuplade, 2015). Il a également fait paraître de nombreux poèmes en revues, livres d’artistes et fanzines, de même qu’un essai, Esthétique de la typographie (Nota bene, 2013), à propos de l’œuvre du poète, éditeur et typographe Roland Giguère. Performeur, il s’est notamment fait connaître par ses performances exigeantes, qui aspirent à confondre beauté et violence, dans une intimité teintée d’ambiguïté et de malaise. Il a eu l’occasion de présenter son travail sur des scènes un peu partout au Québec, ainsi qu’en France, Belgique, Serbie, Suède et en Russie.

Pascal-Angelo Fioramore
Artiste multidisciplinaire et animateur, il a une formation en art visuel et sévit au sein du groupe montréalais Les Abdigradationnistes qui, depuis 1995, ont fait paraître trois albums. Il s’est fait remarquer pour ses performances scéniques extravagantes et ses textes poétiques très audacieux. Il fait partie des Éditions Rodrigol, qu’il a co-fondé, ainsi que du duo Projet domiciliaire.

Marie-Paule Grimaldi
La démarche artistique de Marie-Paule Grimaldi s’est principalement déployée sur scène, entre autres par les performances d’improvisation poétique Incarne, le spectacle Des Filles qui ont de la gueule ou encore la scène slam. Aux Éditions Rodrigol, elle publie en 2014 Lame crépuscule, puis le fanzine  Fûdosei (médiance) en 2015 et Little Beast – une collaboration avec l’artiste Maridza Kim Sarah en 2016. Elle publie également dans divers revues et collectifs au Québec, en Corse et en France. Œuvrant comme médiatrice intellectuelle et culturelle auprès de personne en situation d’exclusion, elle est aussi critique de cinéma et de poésie, et signe de courts essais et recensements pour le Magazine Spirale. Elle donne des ateliers d’écriture et de slam dans les écoles, en prison et dans des centres d’hébergement, et s’implique dans plusieurs projets d’art communautaire. Site web: www.mapgri.com

Hubert Lafore 
Dessinateur et constructeur, Hubert Lafore conçoit des installations plastiques et des scénographies (une trentaine de projets réalisés en danse, musique, théâtre, exposition). En France, il a été le scénographe de la Compagnie NXL et du collectif Zirlib. À Montréal il a coordonné les productions de l’ATSA en 2015-2016. Actuellement, il collabore aux créations dansées des Compagnies Human Playground et de Rhodnie Désir. À New York depuis 2014, Il est dramaturge et scénographe de la Compagnie Crossman Dans(c)e. Il aime les espaces scéniques malmenés et décalés, les formes sobres, sensuelles et pimentées. www.hubertlafore.com

Emily Laliberté
Emily Laliberté complète par une maîtrise, en 2008, une formation en arts visuels qui s’est partagée entre l’Université Laval et l’École Régionale des Beaux-Arts de Nantes en France. Artiste et militante, elle investit de ses créations à caractère social et politique, tant les sphères propres au milieu de l’art contemporain professionnel que le domaine public et les contextes de présentation alternatifs. En 2012, elle cofonde Les Productions Funambules Médias, un organisme qui a pour mission la production, la diffusion et la formation en cinéma documentaire. Elle est récipendiaire de plusieurs prix et distinctions tant pour la qualité de sa pratique artistique que pour ses implications sociales et communautaires. Son travail fut exposé au Québec, aux États-Unis, en Europe et en Amérique Latine.

Littérature Québécoise Mobile
Littérature québécoise mobile: pratiques littéraires d’écriture et de lecture en contexte numérique est un développement de partenariat subventionné par le CRSH impliquant l’Université du Québec à Montréal (Bertrand Gervais), l’Université Laval (René Audet), l’Université Concordia (Sophie Marcotte), Marcello Vitali-Rosati (Université de Montréal), Alexandra Saemmer (Université Paris-VIII), l’Agence Topo, l’Union des écrivaines et écrivains québécois et la Maison de la littérature de l’Institut canadien de Québec. Il vise à accroitre notre compréhension des formes actuelles de mobilité de la littérature québécoise et, ce faisant, à assurer sa visibilité sur de nouvelles plateformes tout en consolidant le virage numérique des pratiques littéraires d’écriture et de lecture. Il s’agit d’un projet de connexion, qui vise à accroître l’accessibilité et l’utilisation de connaissances issues de la recherche que ce soit au sein même de l’université comme des communautés littéraires, du milieu du livre et des communautés de lecteurs. Les chercheur.e.s impliqué.e.s dans ce projet sont: Bertrand Gervais, UQAM (chercheur principal); Sophie Marcotte, Université Concordia (co-chercheure); René Audet, Université Laval (co-chercheur); Marcello Vitali-Rosati, Université de Montréal (co-chercheur). La coordination est assurée par Benoit Bordeleau. L’application web Opuscules: littérature québécoise mobile cherche à offrir une plateforme qui témoigne de la vivacité et de la diversité de la littérature québécoise.
opuscules.ca

Noémi McComber
Noémi McComber a obtenu une maîtrise en arts visuels et médiatiques du Chelsea College of Art (University of the Arts, Londres) au Royaume-Uni en 2002. Depuis, elle poursuit différents projets artistiques en tant qu’artiste et commissaire, adoptant une approche multidisciplinaire et collaborative.
http://www.noemimccomber.com

Monk.E
L’une des figures emblématiques du paysage hip-hop au Québec, Monk.e a indéniablement hérité d’un don, tant au niveau de la prose que de la peinture urbaine. Depuis ses débuts dans le monde du graffiti et de la musique avec le collectif K6A, Monk.e a su imposer sa vision artistique et ce, indépendamment des impératifs de l’industrie. Perpétuel nomade, il multiplie les collaborations musicales à l’international de même que les amitiés outre-mer. Au-delà des sonorités hip-hop qui ont successivement été la saveur du mois, Monk.e possède une aisance déconcertante à peindre des émotions, que ce soit sur des rimes bien ficelées ou sur des murs et des beats de bétons.
https://www.facebook.com/Monk.Energy/

Alexis O’Hara
Alexis O’Hara est une artiste interdisciplinaire qui vit à Montréal. Sa pratique exploite les allégories de la voix humaine via l’improvisation électronique, la performance, la vidéo et l’installation. Parmi les thèmes qu’elle exploite – soit en vidéo, photographie, drag, chanson ou performances interactives – se retrouvent la culture post-apocalyptique, la biologie humaine et la science cognitive, le tout propulsé par une force particulièrement féminine. Ses performances et concerts éclectiques ont été présentés dans divers contextes à travers le monde. Alexis et son alter ego, Guizo La Nuit, sont des incontournables de la scène du cabaret à Montréal.
http://www.dyslex6.com/

Noémie Pomerleau-Cloutier
Originaire de la Côte-Nord et ayant longtemps vécu en Afrique de l’Ouest, Noémie habite Montréal et est formatrice en alphabétisation populaire. Elle est aussi une citoyenne féministe engagée pour l’accès à l’éducation à tout âge, pour la justice sociale et dans des projets qui démocratisent la poésie. Ses textes ont été publiés à quelques reprises dans la Rue de la poésie, dans Cher Hochelaga (janvier 2016),  dans le deuxième numéro de Recréer la côte (novembre 2016), dans Cavale (janvier 2017) et dans Françoise Stéréo (mars 2017). On peut également lire sa poésie photographique sur son compte Tumblr, Éclats et balbutiements. Son premier recueil Brasser le varech a été publié à La Peuplade à l’automne 2017.

Queen Ka
Depuis la fin de ses études en jeu à l’université Concordia, Elkahna Talbi a fait partie de plusieurs productions anglophones et francophones sur les scènes théâtrales. On la connait surtout sous le nom de Queen Ka, artiste de littérature orale. Elle présente ses œuvres poétiques sur scène un peu partout dans le monde depuis 2007, notamment avec le spectacle Chrysalides mise en scène par Yann Perreau. Elle est aussi collaboratrice à Radio-Canada entre autres à l’émission canada à Plus on est de fou plus on lit. Moi, figuier sous la neige paru aux Éditions Mémoire d’Encrier en février 2018 est son premier recueil.

Hector Ruiz
Hector Ruiz est titulaire d’une maîtrise en création littéraire de l’UQAM. Il enseigne la littérature au niveau collégial. En 2011, il est lauréat, conjointement avec Dominic Marcil, du Prix d’innovation en enseignement de la poésie du Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Par ailleurs en 2015, il reçoit une mention d’honneur de la part de l’Association québécoise de pédagogie collégiale pour son engagement dans diverses actions pédagogiques et littéraires. Au Noroît, il a publié Lire la rue, marcher le poème avec Dominic Marcil (coll. «Chemins de traverse», 2016), Désert et renard du désert (2015), Gestes domestiques (2011) et Qui s’installe? (collection «Initiale», 2008, finaliste au Prix des lecteurs du 10e Marché de la poésie de Montréal et au Prix du premier recueil L-A Finances pour la poésie, France).

Yan St-Onge
Artiste, poète, performeur, mais surtout spécialiste en rien, Yan est chargé des communications pour La poésie partout. Son travail de création a été diffusé dans divers contextes au Québec, en Ontario et en France sous forme d’expositions, de performances, de textes ou d’œuvres sonores. Il rédige une thèse de doctorat en sémiologie portant sur la poésie-performance.

Isabelle St-Pierre
Isabelle St-Pierre fait entendre sa voix depuis plus de 20 ans (poésie, slam, conte) au Québec, en Ontario, en Acadie et en France. Fille d’immigrante, elle porte en elle la douce mélancolie du nomade, du juif errant. À travers ses propres questionnements identitaires et territoriaux, elle brosse des portraits réalistes, abordant des sujets difficiles et sensibles: pauvreté, vie ouvrière, violences du quotidien et injustices. Proche du folk et du protest song, c’est une parole engagée qui se veut un outil de changement social. Elle dirige et anime depuis 2005 des dizaines de spectacles, micros ouverts, concours, ateliers. Elle a dirigé pendant six ans le volet conte/slam de l’État d’Urgence, camp de réfugiés (ATSA) de 2005 à 2010, invitant plus d’une vingtaine d’artistes et donnant la parole aux sans-abris. De 2012 à 2017, elle a coorganisé et animé les Slam Sessions Montréal, soirées mensuelles avec une formule artiste invité et micro ouvert. En janvier 2016, elle a créé un événement sans précédent avec Caroline N. Hotte (CBC North), Paroles Fauves: vigile poétique contre la violence faite aux femmes autochtones. En avril 2017, elle a fait une résidence au Banff Centre, programme de Spoken Word.

Natalie Thibault
Née à Montréal en 1965, Natalie Thibault a publié trois recueils de poèmes à LʼOie de cravan. Elle découpe aussi des images pour en faire des collages sur sa table de cuisine.

Marie-Noël Vanasse
«Tagtool est méconnu en Amérique du Nord. C’est en tentant de trouver un médium qui permettait à mon approche intuitive et participative de l’oeuvre, à mon goût pour l’art numérique et à mon intérêt pour le dessin animé de se combiner que j’ai découvert le « Live drawing ». C’est un médium qui permet la création animée vectorielle et la projection dernière sur n’importe qu’elle surface. En utilisant Tagtool, on ne peut créer d’avance le dessin à projeter et chaque trait est créé sous les yeux des spectateurs. De plus, il est impossible d’effacer. Ainsi, il faut conjuguer avec les bons coups comme avec les errances qui finissent par faire partie de l’oeuvre. Ce médium m’a amenée à me produire au Québec et à Berlin lors d’évènements culturels.»
http://marienawel.wixsite.com/folio/blank-c1lo9  

 

  

 

 

logo-litteerature_queebeecoise_mobile