Soirée poésie + traduction – 25 mars

illustration : Symon Henry

Soirée poésie + traduction
vendredi 25 mars 2022 – 20h – La Sala Rossa

présentée en collaboration avec l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada dans le cadre des Rencontres multilingues en poésie 2022

Avec Fiorella Boucher, Angelina Guo, Fabrice Koffy, Luba Markovskaia, Jean-Pierre Pelletier, Joël Pourbaix, Chantal Ringuet, Nelly Roffé, Bahman Sadighi et Gillian Sze

Accompagnement musical : An Laurence 安媛
Animation et direction : Flavia Garcia et Jonathan Lamy

Cette soirée présentera des poèmes dits par ceux et celles qui les ont écrits, par ceux et celles qui les ont traduits, ou encore par les deux! Vous y entendrez des mots en français, anglais, espagnol, mais aussi en abouré, guaraní, luxembourgeois, mandarin, persan et yiddish.

CLIQUEZ ICI POUR ÉCOUTER L’ENREGISTREMENT SUR OPUSCULES

[crédits : JMP Photographie cyclothymique]


Cette activité fait suite à la Soirée virtuelle de poésie et de traduction, présentée le 30 janvier 2022. Le programme peut être visionné ici sur YouTube et ici sur Facebook. Avec des vidéos de Fiorella Boucher, Flavia Garcia, Luba Markovskaia, Jean-Pierre Pelletier, Joël Pourbaix, Chantal Ringuet et Bahman Sadighi (ainsi que la collaboration de Khosro Berahmandi, Laura Criollo-Carrillo, Farid Kassouf, Jonathan Lamy, An Laurence, Agustín Mazzini, Fernande Meyrath-Pourbaix, Jorge Palma et Raymond Legault).


À propos des poètes, traductrices et traducteurs de la soirée du 25 mars
Fiorella Boucher, Angelina Guo, Fabrice Koffy, Luba Markovskaia, Jean-Pierre Pelletier, Joël Pourbaix, Chantal Ringuet, Nelly Roffé, Bahman Sadighi et Gillian Sze

Fiorella Boucher est d’origine guaraní-paraguayenne et française. Elle réside actuellement à Montréal / Tiohtià:ke, où elle écrit et étudie. L’abattoir c’est chez nous, son premier livre, est paru en 2021 chez Mémoire d’encrier. Il s’agit d’un récit poétique traitant de la blessure identitaire liée aux appartenances multiples, l’héritage colonial, la migration et l’exil ou encore la recherche d’un chemin où s’appartenir.

Angelina Guo est une traductrice, poète et étudiante en littérature née à Montréal / Tiohtià:ke. Elle s’intéresse aux thèmes de l’aliénation familiale, des limites de la langue et des enjeux identitaires chez les immigrants asiatiques. Active dans le milieu communautaire, ses interventions ont été reprises dans Le Devoir, Radio-Canada et le magazine Sticky Rice. Avec La poésie partout, elle a aussi participé à une résidence Dehors est un poème. [photo: Nicholas Bacolod]

Originaire de Côte d’Ivoire, Fabrice Koffy s’établit en 1998 à Montréal afin de poursuivre ses études universitaires. C’est ici qu’il commence à s’exprimer en tant qu’artiste et rejoint le célèbre collectif Kalmunity Vibe. En 2006, il fait la rencontre du guitariste Guillaume Soucy. Une complicité s’installe et de cette prolifique union naissent une série de spectacles et l’album Poésic, paru en 2009. En 2016, il reçoit les Prix Coup de cœur d’Ici Musique, de Diversité artistique Montréal et de La Vitrine culturelle.

Luba Markovskaia est née en Russie et vit à Montréal depuis l’âge de cinq ans. Docteure en littérature française, elle est traductrice et réviseure indépendante. Sa traduction du recueil de poésie Notes de terrain pour la toundra alpine d’Elena Johnson lui a valu en 2021 le Prix de la traduction John-Glassco, remis par l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada (ATTLC). Elle fait partie du comité de rédaction de la revue Spirale. [photo: Mathieu Poirier]

Poète et traducteur littéraire, Jean-Pierre Pelletier collabore depuis une trentaine d’années à des revues et des anthologies d’ici et d’ailleurs. Il est l’auteur de neuf livres, dont quatre sont des traductions; les autres de son cru. Le dernier, Le crâne ivre d’oiseaux (Écrits des Forges), a vu le jour en 2016. Entre autres projets, dont la traduction d’un roman de l’espagnol et un dossier consacré à Jorge Palma, trois livres sont en préparation : Boxer avec le videLe cœur glacé de la flamme et Aucun, en plus d’un roman au titre provisoire : Stalag ô doux stalag! [photo: Akim Kermiche]

Né à Montréal d’un père belge et d’une mère luxembourgeoise, Joël Pourbaix publie depuis plus de trente-cinq ans, principalement aux Éditions du Noroît. Citons Voyages d’un ermite et autres révoltes (1992), On ne naît jamais chez soi (1996), Disparaître n’est pas tout (2001), Les morts de l’infini (2005), Dictature de la solitude (2008), Le mal du pays est un art oublié (2015, prix du Gouverneur Général et finaliste du Prix Alain-Grandbois) et La rivière : Initiations outaouaises (2019). Une anthologie de ses textes vient de paraître sous le titre de L’intimité nomade.

Chantal Ringuet est une écrivaine, chercheuse et traductrice littéraire. Elle traduit du yiddish (Marc Chagall et Rachel Korn) et de l’anglais, tout en jetant quelques éclats de lumière sur l’œuvre de Leonard Cohen. Sa traduction des Légendes de Vancouver (2012) de E. Pauline Johnson lui a permis de découvrir le chinook. Elle a publié deux recueils de poésie (Le sang des ruines, Prix littéraire Jacques-Poirier 2009) et Under the Skin of War (2014). Son troisième recueil, Forêt en chambre, paraîtra aux Éditions du Noroît en avril 2022. [photo: Sacha Bourque]

Nelly Roffé est traductrice de l’espagnol vers le français. Elle a traduit les livres de poésie de Mercedes Roffé (trois titres aux Éditions du Noroît), Luisa Futoransky et Graciela Araoz (Éditions de la Grenouillère), ainsi que Rodolfo Haler (Écrits des Forges). Elle a publié dans plusieurs revues dont Exit, Contre-Jour et Estuaire. Son recueil de poésie Rose de Chaouen est paru à lHarmattan en 2016.

Poète, peintre et traducteur, Bahman Sadighi est né en 1960 à Téhéran, en Iran, a étudié en France et vit depuis 1997 à Montréal. Aux Éditions du Noroît, il a publié Catabase (2017), Parages de tu (2008) et Semences, syllabes (2004, finaliste au prix Alain-Grandbois), en plus de traduire Autre naissance (2017) de Forough Forrokhzad et de co-traduire Montagnes fugitives (2003) de Hossein Sharang. [photo: Parvine Movafaghi]

Gillian Sze is a writer and teacher. She is the author of multiple poetry collections, including Peeling Rambutan (Gaspereau Press, 2014), Redrafting Winter (BuschekBooks, 2015), and Panicle (ECW Press, 2017), which were finalists for the QWF’s A.M. Klein Prize for Poetry. She has also published creative nonfiction, articles, interviews, and book reviews. More recently, she has started writing for children and has published two picture books.


Cette Soirée de poésie et de traduction fait partie de la deuxième édition des Rencontres multilingues en poésie, dont le second volet (en salle) se tient du 25 au 27 mars 2022. Cette activité est réalisée par La poésie partout grâce au soutien de de Patrimoine canadien et de l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada.


illustration : Symon Henry

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s